• La Société T.6 d'Angela Behelle

    LA SOCIETE T.6 : LA FILLE DU BOUDOIR

     d'Angela Behelle

    La Société T.6

    La Bourdonnaye, Carré rose, décembre 2013, 4,99€

     

    Le Boudoir est hôtel d’un genre particulier. C’est dans cet endroit insolite que certains initiés viennent se vouer à la luxure

    la plus raffinée et jouir des services que peut leur offrir ce joyau niché en plein cœur de Paris. Ce fleuron de la Société est

    aujourd’hui dirigé par la fille de l’un de ses fondateurs. Fidèle à la mémoire de son père et toute dévouée à cet

    établissement qu’elle considère comme sa maison, Isabelle Marle connaît toutes les ficelles de son métier ainsi que tous les

    rouages de l’organisation secrète. Ce n’est pas un vain mot que d’affirmer qu’elle s’y consacre corps et âme. C’est précisément ce

    qui pousse Alexis Duivel à faire appel à elle quand se présente une occasion exceptionnelle pour la Société d’étendre ses

    ramifications jusqu’en Bretagne, quitte à bousculer sérieusement le quotidien de la jeune femme.

     

    L'Avis de Marine

    C’est avec hâte que je me suis ruée sur ce sixième tome. Et je n’ai absolument pas été déçue. 

    Isabelle Marle est une jeune femme déterminée qui dirige avec justesse Le Boudoir, un hôtel luxueux et raffiné en plein

    cœur de Paris qui accueille majoritairement les membres de La Société. Devenue directrice suite au décès de ses parents,

    elle gère l’équipe depuis deux ans avec l’aide de Josée, laissant ainsi tomber sa vie sentimentale et surtout ses activités

    charnelles. Elle ne vit plus que pour son hôtel. 

     

    Un jour, Lou (directrice de La Société – cf : Tome 4, la Gardienne de l’Oméga) lui annonce que l’architecte de son club

    souhaite passer une nuit à son hôtel en compagnie de quatre jeunes femmes biendifférentes. Malheureusement pour Isa,

    elle ne trouvera pas la quatrième et la gérante se trouve obligée de porter une cape et un loup pour satisfaire les besoins de

    Loïck Dehais. Elle dirige le ballet des mains et des bouches de main de maître mais ne le touchera pas de la soirée, il restera

    cependant marqué au fer rouge.Quelques mois plus tard, après une deuxième nuit masquée mais seule avec Loïck puis aucune

    nouvelle de lui, elle part dans une résidence sur une île bretonne sous les ordres d’Alexis afin d’aider à la réorganisation suite à

    l’achat par La Société. Elle découvre que les gérants ne sont autres que les parents et le frère de Loïck. Et ce ne sera pas la seule

    surprise… Dans la lancée de la série, ce tome reste fidèle au style qui caractérise Angela Behelle : une plume fine, remarquable

    et envoûtante. Après un petit passage à vide, pour ma part, avec le Tome 5 – L’inspiration d’Emeraude, l’auteure remonte en

    flèche. Le changement de décor est une bouffée d’air frais, je ne dis pas ça uniquement par patriotisme breton, et nous sort du

    traditionnel cadre parisien. Isa, Loïck et tous les autres personnages exécutent sous nos yeux un magnifique ballet mené de main

    de maître. 

     

    Je trouve que les aventures d’Isa sont surement les plus réalistes de tous les tomes. Les tourments, la joie et le désespoir

    sont parfaitement bien décrits. On vit avec elle. On est triste en même temps qu’elle. On aime en même temps qu’elle. On

    comprend ses gestes, ses erreurs. On se dit qu’on aurait surement fait les même. J’avais l’impression de lire une

    biographie, j’ai senti l’odeur de la mer en lisant ses lignes, la chaleur des corps en détaillant certains mots. J’avais parfois

    envie de lui crier de ne pas faire certains gestes, de ne pas dire certains mots…

     

    Concernant les autres personnages du livre, je les ai tous trouvés attachants (hormis une mais son rôle de garce lui va

    tellement bien qu’on va dire qu’elle est attachante) et réalistes. 

     

    Ce tome étant un tome avec un chiffre pair, on a une histoire plus romantique et moins érotico-sado-masochiste, ce qui ne

    m’a pas gênée plus que cela. Même si j’avoue retrouver avec hâte le tome 7, celui-ci m’a largement comblée. 

     

    Comme je l’ai toujours dit «La Société est une série d’érotiques smarts en costumes trois pièces ». Et je resterai

    une inconditionnelle lectrice d’Angela Behelle, je conseillerai également toujours ses livres à toutes les personnes en quête

    d’amour, d’érotisme, de charme et de luxe à la française. 

     

    Merci aux éditions La Bourdonnaye et Angela Behelle pour ce Service Presse !

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :